Au bout de l'exil, Tome 1: La grande illusion

Au bout de l'exil, Tome 1: La grande illusion

Micheline Duff

Language: French

Pages: 231

ISBN: 2:00355226

Format: PDF / Kindle (mobi) / ePub


Les secrets de famille d’une amie et de captivantes recherches ont amené Micheline Duff à écrire cette poignante saga. Ambitions démesurées, conflits entre les communautés, exploitation des travailleurs, rêves et illusions, haine et amour : tout y est pour que le lecteur tourne avidement chaque page, jusqu’à la dernière, la curiosité piquée à vif et le coeur vibrant d’émotion.

2 septembre 1880. Joseph Laurin se recueille une dernière fois devant la dépouille de sa femme exposée dans le salon de leur maison. Quelques heures plus tard, après avoir mis le feu à la demeure, il disparaît dans la nuit, avec ses trois fillettes endormies dans la charrette, pour ne plus jamais revenir au Saguenay.

C’est par ce fait réel que s’amorce le premier tome de la saga historique Au bout de l’exil, où la vérité et la fiction s’entremêlent habilement pour raconter l’exode d’une famille vers la Nouvelle-Angleterre. À la recherche d’une vie meilleure, comme tant d’autres Canadiens français, Marguerite, Anne, Camille et leur étrange père vivront aux États-Unis des aventures palpitantes. Mais trouveront-ils le bonheur dans ce monde aussi fascinant que cruel, caractérisé par la montée de l’industrialisation et du capitalisme ? Et le destin leur permettra-t-il de réaliser leur grand désir de survie et d’affranchissement ?

Afterimage

Barnacle Love

Anne of Avonlea (Anne of Green Gables series, Book 2)

Charles (Un homme comme tant d'autres, Tome 1)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

l’adresse, je m’y rends de ce pas. En attelant Titan, Joseph trouva des restes nauséabonds de victuailles au fond de la charrette reléguée dans l’arrière-cour : trois vieilles truites puantes, du pain rassis, un panier rempli de casseroles et d’ustensiles souillés, et puis des couvertures en désordre, les ballots humides remplis de vêtements mouillés et sentant la moisissure à plein nez. Le chemin vers Stewartstown Hollow menant à la ferme Peel contournait, à quelques milles du village, une

elle trichait. Elle se contenta de baisser les yeux. Dix fois, son père lui avait fait jurer de mentir à ce sujet. Elle n’avait pas le choix d’obéir. — Oui, j’ai bien quatorze ans, madame. Elle ne revit pas son père de la journée. On lui donna pour tâche d’enfiler des lacets dans des œillets de bottines. Elle s’y plia de bonne grâce, malgré tout. Quatre autres jeunes filles accomplissaient la même opération le long d’une grande table adossée au mur. Quand elle voulut engager la conversation

promptement le vestibule quand Jesse s’écria sur un ton sans équivoque : — À très bientôt, mon cher Joseph ! Ces derniers mots ne tombèrent pas dans l’oreille d’un sourd. Ce � À très bientôt » lancé en français avec son accent irrésistible voulait tout dire. Il y décela une invitation sous-entendue, et peut-être même un secret appel au secours. Jesse l’aimait encore, il en avait maintenant la conviction. Elle lui ouvrirait encore ses bras et son lit, elle l’attendrait. Elle l’avait appelé � mon

mort encore présent au fond de ses entrailles, quelle horreur ! Une mère de trois jeunes enfants dont le quatrième n’aura pas vu le jour… Joseph ne saurait jamais s’il venait de perdre un fils ou une autre fille. Qu’importe ! Sa femme venait de disparaître sans crier gare, et il s’agissait de la pire catastrophe de son existence. Un mal aigu s’était déclaré la veille, et Rébecca s’était mise, pour une raison inexpliquée, à vomir sans arrêt. Puis un sang épais et abondant avait commencé à

intérieure. Brusquement, elle faisait corps avec celle qui partageait silencieusement ses aspirations depuis si longtemps. Sa petite sœur qu’on avait déracinée tant de fois, celle qu’on avait scandaleusement violée, celle qui avait failli mourir sans que son père daigne se déranger… Heureusement, depuis qu’Anne travaillait au magasin, l’aînée la voyait se transformer, devenir plus sûre d’elle, plus épanouie, plus joyeuse. Plus elle-même… Tout ce qui avait contribué à briser la naïve petite fille

Download sample

Download