Azalaïs: ou la Vie courtoise

Azalaïs: ou la Vie courtoise

Maryse Rouy

Language: French

Pages: 202

ISBN: B008MXSWJS

Format: PDF / Kindle (mobi) / ePub


Dans son premier roman, Maryse Rouy revisite pour nous les couloirs du temps et nous fait découvrir la vie de cour au XIIe siècle. Très documenté, son récit nous entraîne à la suite d’Azalaïs, une jeune suivante à la cour de Philippa, épouse du comte de Poitou et duc d’Aquitaine. Voilà donc un roman historique savammant dosé où l’époque médiévale nous est contée avec rigueur et dans un style enlevant et où histoires, aventures et intrigues amoureuses se marient admirablement.

Autour de deux personnages qui ont profondément marqué leur époque, Guillaume IX d’Aquitaine, le premier troubadour, et Robert d’Arbrissel, le fondateur de Fontevraud, l’auteure a recréé, dans ses moindres détails, et pour notre plus grand plaisir, la vie de cour du XIIe siècle. Sur fond de poésie courtoise, dans un cadre historique savamment reconstitué, elle a campé une héroïne imaginaire qui nous introduit dans un monde de femmes : celui de la noblesse médiévale. À l’histoire d’Azalaïs, s’ajoutent celles de Philippa, de Mahaut, de Bieris… autant de façons de chercher le bonheur et une reconnaissance sociale dans un monde largement dominé par les valeurs masculines.

À grandes gorgées de poussière

Grand ciel bleu par ici

La Troisième Lettre

Néologirouettes

Ten Good Seconds of Silence

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

pendant toute la durée des festivités, car elle se sentait encore trop vulnérable et ne voulait pas courir le risque d’accepter des propositions qui feraient d’elle une femme méprisable à ses propres yeux, et à ceux de la société. Elle s’était promis de ne jamais être sa maîtresse et savait que pour ne pas faillir il valait mieux l’éviter, car elle était consciente d’être encore terriblement sensible à son charme. Elle se contraignait à ne voir en lui que l’époux – volage de surcroît – d’une

qu’elle n’estimait pas et sous le poids de responsabilités qu’elle eût préféré ne pas assumer. On sentait aussi le soulagement d’avoir remis à son époux la charge du comté de Poitiers et du duché d’Aquitaine et la joie de partir au couvent se reposer de tout cela en se mettant à l’abri des réjouissances paillardes du duc qui se livrait à la débauche en compagnie des esclaves orientales qu’il avait ramenées. La seule note optimiste de la missive résidait dans les nouvelles du petit Guillaume :

deux lourdes tresses relevées en diadème sur le sommet du front. Le bliaud fut ensuite enlevé, et elle apparut en chemise de lin blanc. Le tissu fin et plissé était légèrement transparent et elle passa plusieurs fois, sans réelle nécessité, devant une chandelle qui dessinait sa silhouette. À la pensée du regard qui la caressait, et de la puissance qu’elle avait de provoquer la tentation, elle se sentit soudain prise de faiblesse et une grande chaleur l’envahit. Toujours en chemise, elle s’assit

là, il était trop tard pour se mettre à l’abri. Le ciel s’était obscurci en l’espace de quelques minutes, le vent roulait furieusement d’énormes nuages noirs traversés d’éclairs fulgurants et entraînait dans sa cavalcade apocalyptique un tourbillon opaque de poussière, de cailloux, de feuilles et de branches cassées. Les vendangeurs furent pris de panique et ce fut un sauve-qui-peut général : les paysans se jetèrent en direction du village pour gagner le refuge précaire de l’église, et les gens

manquait que le suzerain. Pierre II n’eut d’autre recours que de prononcer les paroles de l’excommunication. Dans la nef silencieuse, sa voix s’éleva, solennelle : — Moi, Pierre, évêque de Poitiers, deuxième du nom, en vertu des pouvoirs que me donne notre Sainte Mère l’Église, déclare que Guillaume, septième comte de Poitiers, neuvième duc d’Aquitaine, adultère et… Il fut soudain interrompu par un grand bruit. Tout le monde se retourna pour voir arriver Guillaume dont le pas résolu sonnait

Download sample

Download