Belle journée pour tomber en amour...

Belle journée pour tomber en amour...

Marcelyne Claudais

Language: French

Pages: 283

ISBN: 2:00346305

Format: PDF / Kindle (mobi) / ePub


Portée par un amour passionné pour ses personnages et ses lecteurs, Marcelyne Claudais revient à l’écriture avec un roman au titre tendre comme elle : Belle journée pour tomber en amour. Une histoire qui met en scène des êtres attachants, colorés et aux prises avec leurs origines, leurs rêves et les choix qu’ils doivent faire.

Ce soir-là sera célébré son quarantième anniversaire de mariage avec Lydia, mais Jocelyn Verdier n’a pas le cœur à la fête. Il se remémore l’amour que ses parents se portaient l’un à l’autre, la vie heureuse qu’il a eue enfant, et l’existence qu’ils se sont construite, avec sa femme et ses enfants, lui semble tout à coup si terne...

« Belle journée pour tomber en amour ! »

En lisant ce graffiti sur le rebord d’une fontaine, un homme sent sa vie basculer. « Tomber en amour », ce n’est pas tomber amoureux, c’est perdre la tête, ou parfois perdre pied, pour un rien, pour une bagatelle : la beauté du jour qui se lève, le regard d’un passant, le sourire d’une inconnue. Ce matin-là, en faisant son jogging matinal, Jocelyn Verdier voit venir un jeune homme et son chien qui le ramènent à cette époque lointaine où il vivait heureux avec ses parents et ses trois sœurs. Son père était taquin, sa mère était rieuse...

S’il s’écoutait, c’est de cet amour-là dont il aimerait parler à ses enfants à l’occasion de ce quarantième anniversaire de mariage, que Lydia, sa femme, tient absolument à célébrer. Non, contrairement à ce qu’elle croit, Jocelyn n’a rien oublié : il faisait un temps de rêve, les lilas fleurissaient déjà, et la mariée souriait, radieuse... Heureuse ? Oui, sincèrement, ce jour-là, les invités auraient pu jurer que Lydia était heureuse. Et pourtant...

Nicole Brossard: Selections (Poets for the Millennium)

Belle Moral: A Natural History

Un petit pas pour l'homme

De l'enfermement à l'envol: rencontres littéraires

The Curse of the Viking Grave

Anne of the Island (Anne of Green Gables series, Book 3)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

de suite ! Le clin d’œil de Victor rassure Marianne, peu habituée aux taquineries sans importance. — J’irai te chercher à dix-huit heures. — Tu n’auras qu’à sonner chez moi, j’habite en haut de la garderie. — Je le sais. — En passant, j’apprécierais que tu portes une chemise à manches longues… et une cravate. — Une cravate ? — Ma mère attache beaucoup d’importance aux convenances. — Je vois. Ils restent un long moment à s’observer l’un, l’autre. — Et maintenant, il faut que je rentre…

consulte sa montre. — Oh non ! Merde ! — Qu’est-ce qui se passe ? — J’ai un cours dans une demi-heure et… — Et ta grand-mère ? — Non, merci, oublie ça ! Si j’ai besoin d’elle, je l’appellerai moi-même. — Oui mais… — Excuse-moi, maman, je suis déjà en retard ! Maëlle empoigne son sac à dos puis revient sur ses pas. — Et si jamais papa vient te voir ? — Ne t’inquiète pas, j’essaierai d’arranger les choses. Iris embrasse Maëlle et la regarde s’éloigner avec la peur au ventre. Elle a

fais mal ! Arlette s’acharne. Jocelyn se fâche. — Arrête, Arlette !… Bon sang ! J’ai dit arrête !… Non mais, qu’est-ce qui te prend, tu es… Maladroitement, il a failli dire le mot. Arlette lâche prise et se met à trembler. Jocelyn aimerait la serrer dans ses bras pour la calmer, mais elle s’agite, se rebiffe, et l’oblige à partir en lui montrant la porte. — Va-t’en, papa ! Je ne veux plus jamais te voir ici. Jamais ! Tu m’entends ? Inconsciente de ce qui se passe, Paulette attend Jocelyn en

a fait du bien à tous les deux. — C’est lui qui t’en a parlé ? — Oui. Il a d’abord demandé à la lire… — Quelle épreuve ! — Puis il m’a montré la sienne… mais je n’ai pas voulu la lire. J’ai pensé que ce serait trop dur, et pour lui, et pour moi. — Tout ça à cause de ma maladresse ! — Bienheureuse maladresse, au contraire, puisqu’elle nous a permis de briser la glace. Figure-toi que nous avons passé des heures à nous faire des confidences… Victor mord dans une autre bouchée de brioche avant

petit jeu a été découvert, tous les critiques l’ont descendu ! — Le pauvre garçon, y devait avoir honte. — Ben plus que honte, y s’est pendu ! — Pendu ? — Ben oui ! Son éditeur en a parlé à matin, tu l’as pas vu ? — Ben non, je regardais Ricardo à l’autre poste. — Que c’est qu’y a fait ? — Des poitrines de poulet à l’orange… — Du poulet à l’orange, ça doit être bon ! — Ç’avait l’air ! — Maudit, je m’en veux, je l’ai manqué ! — J’ai noté la recette, je vais te la donner. Les deux

Download sample

Download