Chroniques du Nouvel-Ontario (édition intégrale)

Chroniques du Nouvel-Ontario (édition intégrale)

Hélène Brodeur

Language: French

Pages: 528

ISBN: 2:00345426

Format: PDF / Kindle (mobi) / ePub


Voici réunis dans un seul volume les trois tomes de la trilogie des Chroniques du Nouvel-Ontario d’Hélène Brodeur.

Saga historique maintes fois primée, l’œuvre présente la petite histoire de la colonisation du Nord de l’Ontario jusqu’à l’éclatement du Canada français en 1968.

« Les Chroniques du Nouvel-Ontario constituent un monument de la littérature franco-ontarienne par leur ampleur, leur valeur documentaire et sociohistorique et leurs indéniables qualités littéraires. » — Doric Germain

La trilogie « propose le portrait profondément humain d’une société en pleine mutation, avec ses enjeux moraux et politiques liés à la religion et à la langue, bien sûr, mais surtout elle met en scène des hommes et des femmes aux prises avec un quotidien impitoyable, dans une langue belle, riche et imagée. » — Johanne Melançon, Liaison

Mirror Lake

Le Principe du geyser

Le Chant des poissons rouges

À Juillet, toujours nue dans mes pensées

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

système de piquets, de sorte que les plantes se trouvaient protégées par une petite tente. Ces couvertures, d’ailleurs, on les trouvait dans toutes les maisons du pays car elles provenaient de l’usine de papier de l’Abitibi Pulp and Paper d’Iroquois Falls. Lorsqu’elles devenaient trop feutrées pour servir à la fabrication du papier, la compagnie les vendait à la livre; c’est ainsi que toute la population, à des milles à la ronde, dormait enveloppée de ces mêmes couvertures. Le Ferguson Highway

fatiguaient d’être sages et couraient ou se chamaillaient, étaient vite rappelés à l’ordre par les chuchotements scandalisés des parents. Parfois, un bébé pleurait. Alors, la mère se hâtait de dégrafer son corsage et de lui donner le sein pour le faire taire. À chaque heure, tout le monde s’agenouillait pour la récitation du chapelet. On avait déjà récité trois chapelets et les gens qui ne resteraient pas pour la nuit avaient commencé à se retirer lorsqu’on entendit un tumulte au-dehors. Un

demeura songeur. Il ne croyait pas à cette histoire de parente. Mieux vaudrait faire sa petite enquête pour savoir au juste de quoi il s’agissait. Rien n’était plus utile que de connaître tous les détails de la vie des gens avec qui on faisait des affaires. Surtout quand on n’hésitait pas à se servir de ces renseignements le cas échéant. Depuis qu’il était avocat, Roger Duchaîne s’était amassé des biens assez considérables de cette façon-là. Et il le faisait si adroitement que ceux qui avaient

d’un petit feu au-dessus duquel une chaudière à thé était suspendue. — Hé, Jim, héla le père d’une voix de stentor. L’homme se leva vivement et s’avança la main tendue, un large sourire découvrant ses dents tachées de tabac. — Father… Le père donna la main à tous et présenta Alexandre comme un futur compagnon de voyage. Jim répondit que de fait ils attendaient Tom Clegson d’une journée à l’autre. — Nous nous préparions à souper. Voulez-vous vous joindre à nous? — Avec plaisir, mais à une

demeura sidérée. C’était son frère, cet homme maculé de boue et de fumée, noir comme un charbonnier῀? Jamais elle n’avait vu aucun des grands propriétaires terriens autrement qu’en veston de tweed et bottes de cuir, jamais dans cet état. Ils avaient des valets de ferme et se contentaient de donner des ordres. — Avant d’embrasser ta sœur, va au moins te débarbouiller, dit Nellie en riant. Tu vas l’effrayer, cette petite. — Tu as raison, mon amour. De plus, je dois t’avouer que je suis intimidé.

Download sample

Download