Ecrits autobiographiques

Ecrits autobiographiques

Friedrich Nietzsche

Language: French

Pages: 92

ISBN: 2:00297446

Format: PDF / Kindle (mobi) / ePub


Les textes autobiographiques que Nietzsche écrivit entre douze et vingt-quatre ans (1856-1869) rassemblés ici constituent un témoignage unique sur la forge d’une pensée, d’un style, d’une sensibilité. D’un caractère. Après des premières pages toutes prisonnières des poncifs de l’époque se dessine une progressive et implacable émancipation appuyée sur un minutieux travail de réécriture infini des événements marquants de la vie en lesquels la mort du père et le deuil qui la continua ainsi que les années d’apprentissage dans le rude collège de Pforta occupent une place singulière. S’y dessine également la naissance d’impérieuses passions – musique, lecture, écriture, amitiés – dont on sait l’importance décisive qu’elles prendront dans la vie philosophique de Nietzsche. Bien avant Ecce Homo, Nietzsche se réapproprie sa vie, lui donne sens et façonne la statue qui vient. Ces Écrits autobiographiques sont le véritable laboratoire de l’écriture philosophique de celui qui proclamera une quinzaine d’années plus tard la mort de Dieu, que l’homme est le seul créateur de sens et de valeurs et que «toute grande philosophie […] est la confession de son auteur», confession qui n’est point une confidence ou un aveu mais l’inévitable et nécessaire point de rencontre entre la Vie et la Pensée.

Sum It Up: 1,098 Victories, A Couple of Irrelevant Losses, and a Life in Perspective

The Other Wes Moore: One Name, Two Fates

Inside the Crosshairs: Snipers in Vietnam

You Can't Be Neutral on a Moving Train: A Personal History of Our Times

The Source of All Things: A Memoir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

campagne que notre voiture roulait déjà sur la grand-route, et nous conduisait à Naumburg où nous attendait une nouvelle demeure. – Adieu, adieu, maison chérie de mon père ! ! [18] – Ma grand-mère33, accompagnée de tante Rosalie et de la servante, nous précédait, nous les suivions avec tristesse, une vraie tristesse. À Naumburg, nous attendaient l’oncle Dächsel, la tante Rieckchen et Lina34. Le logis qu’on nous avait destiné se trouvait dans la Neugasse35 et appartenait à l’entrepreneur des

meilleure que la seconde. Ceci montre comment, pour peu qu’on n’ait pas le pied solide, on passe d’un extrême à l’autre et ne trouve le repos que dans le juste milieu. – Assez écrit sur ce sujet. Parcourons un peu la ville. – Entrons par la Jakobstor. Si on descend maintenant par les larges rues bordées de maisons anciennes, on arrive sur la place du marché. Devant nous se trouve l’hôtel de ville. Comme il est massif et étendu ! Ses quatre façades forment pratiquement quatre rues et ses tours

pasteur Haarseim, qui, laborieuse et attachée à son devoir, était institutrice à l’école de jeunes filles de la ville. Un jardin spacieux était attenant au bâtiment, avec des frondaisons et des arbres fruitiers. Nous avions déménagé pendant les vacances d’été. À cette occasion, un nouveau pianoforte fit son entrée chez nous, il avait été acheté deux jours avant, car nous avions laissé l’ancien à tante Rosalie. Près de la porte du jardin se trouve l’église de Marie-Madeleine, dont le ministre est

plus proches constituaient mon monde. Tout ce qui était plus loin, un pays enchanté, inconnu. – Le ciel serein qui m’avait souri jusqu’alors fut soudain assombri par des nuages noirs, gros d’un malheur à venir. Mon père tomba gravement malade, sans que nous pussions deviner la cause de sa maladie. Le regard pénétrant du conseiller Opolzer reconnut aussitôt les symptômes d’un ramollissement cérébral. Son état empira et devint de plus en plus inquiétant. Les souffrances croissantes de mon père, sa

départ de Nietzsche. En août, l’association de Germania, qui ne fonctionnait plus réellement depuis un an (seul Nietzsche s’acharnait à envoyer des contributions tous les mois), est dissoute. 1864. En septembre, une fois son Abitur (baccalauréat) en poche, Nietzsche part faire un voyage sur le Rhin en compagnie de Paul Deussen. Les deux jeunes hommes séjournent quelques jours chez les parents de Deussen, où Nietzsche fait la connaissance de sa sœur. Le 16 octobre, Nietzsche et Deussen arrivent

Download sample

Download