La force des choses, tome 1

La force des choses, tome 1

Simone de Beauvoir

Language: French

Pages: 269

ISBN: B0045S0QJI

Format: PDF / Kindle (mobi) / ePub


Peu de temps après le jour V, je passai une nuit très gaie avec Camus, Chauffard, Loleh Bellon, Vitold, et une ravissante Portugaise qui s'appelait Viola. D'un bar de Montparnasse qui venait de fermer, nous descendîmes vers l'hôtel de la Louisiane; Loleh marchait pieds nus sur l'asphalte, elle disait : C'est mon anniversaire, j'ai vingt ans. Nous avons acheté des bouteilles et nous les avons bues dans la chambre ronde ; la fenêtre était ouverte sur la douceur de mai et des noctambules nous criaient des mots d'amitié ; pour eux aussi, c'était le premier printemps de paix.

Simone de Beauvoir, née en 1908 à Paris, a raconté son enfance et son adolescence dans Mémoires d’une jeune fille rangée, sa vie à Paris, ses débuts d’écrivain, la guerre et l’Occupation dans La force de l’âge. La troisième partie de ses souvenirs, La force des choses, commence dans le Paris de la Libération.

Joseph Anton: Die Autobiografie

Fueled By Failure: Using Detours and Defeats to Power Progress

Shattered Dreams: My Life as a Polygamist's Wife

The Happy Hooker: My Own Story

Look Me in the Eye: My Life with Asperger's

Keeping the Feast: One Couple's Story of Love, Food, and Healing in Italy

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

et les chicanes élevées en travers des rues. Au marché, je retrouvai de belles femmes noires drapées de bleu. La dernière halte n’a duré qu’une nuit ; nous l’avons passée au fond des gorges d’Arak, au pied d’une forteresse de granit noir ; il y avait là un relais où on trouvait des lits, mais rien à manger ; deux jeunes gens campaient sur la terrasse et leur radio jouait des musiques d’un autre monde. Ils voyageaient en jeep, sans escorte, alors qu’en principe aucun véhicule n’a le droit de se

parlait de ses problèmes, de ses ennuis d’argent, de ses amitiés, de ses amours, et de ce monde moins connu que celui des pédérastes : les lesbiennes. Je la voyais peu mais avec sympathie. Au bout d’un certain temps elle se mit à faire son travail très mal et sans ponctualité ; elle devint nerveuse : � Je crois que j’ai quelque chose au sein », me dit-elle. Je la pressai de voir un médecin : � Je ne peux pas m’arrêter de travailler. » Un an plus tard elle me dit : � J’ai un cancer : c’est déjà

TRÈS DOUCE (1964). (Folio no 137). Nouvelles LA FEMME ROMPUE (1968). (Folio no 960). Théâtre LES BOUCHES INUTILES (1945). Littérature - Essais PYRRHUS ET CINÉAS (1944). POUR UNE MORALE DE L’AMBIGUÏTÉ (1947). L’EXISTENTIALISME ET LA SAGESSE DES NATIONS (1948). (Arcades no 90). POUR UNE MORALE DE L’AMBIGUÏTÉ suivi de PYRRHUS ET CINÉAS. (Folio Essais no 415). L’AMÉRIQUE AU JOUR LE JOUR (1948). (Folio no 2943). LE DEUXIÈME SEXE, tomes I et II (1949). (Folio Essais no 37 et 38). LA FEMME

au-dessus de ma tête cette haine aux aguets ; une nuit, on entendit les sirènes : un avion dont on ne sut jamais la provenance survolait Paris ; des V1 tombèrent sur la banlieue parisienne et éventrèrent des pavillons. Et Walberg, généralement très bien informé, disait que les Allemands achevaient de mettre au point de terrifiantes armes secrètes. La peur retrouvait en moi une place encore toute chaude. Mais la joie la balayait vite. Jour et nuit avec nos amis, causant, buvant, flânant, riant,

joyeusement dans le train qui me conduisit à Pas des Lanciers, d’où un autobus m’emmena à l’aérodrome ; c’était le petit matin. J’avais un peu d’appréhension : je prenais l’avion pour la première fois ; mais comme j’étais heureuse qu’encore et de nouveau il y eût pour moi des premières fois ! Hélas ! quelqu’un m’avait volé ma place et le prochain avion ne partait que dans trois jours. J’étais sans le sou, il pluvinait, on comptait sur moi à Tunis, et l’impatience exaspérait mon désarroi. Je

Download sample

Download