Le Banquet

Le Banquet

Plato, Luc Brisson

Language: French

Pages: 275

ISBN: 2080709879

Format: PDF / Kindle (mobi) / ePub


Ils sont allongés sur des lits et parlent de l'Amour et de la Beauté. Leurs discours se succèdent, parfois se répondent : car il y a plusieurs Amours et plusieurs manières de désirer le Beau. A ces hommes vivant en un temps et un lieu où l'éducation des garçons, est indissociable de la sexualité qui règle les rapports du maître et du disciple, une étrangère, Diotime oppose un modèle féminin de la procréation du savoir. A travers elle, Socrate dessine les étapes de l'apprentissage du philosophe capable de se détacher du monde sensible pour devenir l'" amant ", par excellence qui guide l'" aimé " dans sa quête du Vrai et du Beau. Par-delà les interprétations prudentes du Banquet que nous a léguées la tradition philosophique, cette traduction inédite invite à une lecture renouvelée dialogue : un Banquet parfois extravagant, à l'image de son objet, d'une richesse stylistique exubérante, souvent cru dans son langage, foisonnant enfin dans sa recherche du bonheur véritable.

Scan w/OCR & TOC

Dorsality: Thinking Back through Technology and Politics (Posthumanities)

The Worm at the Core: On the Role of Death in Life

Telemorphosis

The Problem of Pure Consciousness: Mysticism and Philosophy

Histoire de la sexualité, tome 3 : Le souci de soi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

il n'y a rien de déshonorant à être la victime d'une tromperie ; en revanche, dans tous les autres cas de figure, dupe ou non, on encourt le déshonneur. Si [185a] en effet quelqu'un qui a cédé à un amant riche pour obtenir de l'argent est victime d'une tromperie et n'obtient pas d'argent, parce que l'amant en question se révèle être pauvre, l'affaire n'en reste pas moins honteuse. De toute évidence, un tel homme fait montre de son véritable caractère ; pour de l'argent, il est prêt à se mettre de

recherche et aime le dissemblable 184. Ainsi donc, l'amour inhérent à la partie saine est différent de l'amour inhérent à la partie malade. Dès lors, de même qu'il est beau – Pausanias le disait à l'instant185 – [186c] d'accorder ses faveurs aux êtres humains 186 qui le méritent, et honteux d'accorder ses faveurs aux débauchés 187, de même, quand il s'agit des corps eux-mêmes, favoriser ce qu'il y a de bon et de sain dans chaque corps est beau et c'est ce qu'il faut faire, et c'est cela que l'on

tu vas parler, et tu me forces [189b] à rester sur mes gardes durant le discours que tu vas toi-même prononcer, de crainte que tu ne dises quelque chose qui fasse rire, alors qu'il est en ton pouvoir de discourir paisiblement. ARISTOPHANE Aristophane éclata de rire. Tu as raison, Éryximaque, reprit-il, mettons que je n'aie rien dit. Mais ne monte pas la garde autour de moi. Dans les propos que je vais tenir, je crains de raconter non pas des choses qui fassent rire – car ce serait un avantage

lui-même, dans le but de connaître finalement la beauté en soi. [211d] C'est à ce point de la vie, mon cher Socrate, reprit l'étrangère de Mantinée 479, plus qu'à n'importe quel autre, que se situe le moment où, pour l'être humain, la vie vaut d'être vécue 480, parce qu'il contemple la beauté en elle-même. Si un jour tu parviens à cette contemplation, tu reconnaîtras que cette beauté est sans rapport avec l'or, les atours, les beaux enfants et les beaux adolescents dont la vue te bouleverse à

596 ». ARISTODÈME Quand Alcibiade eut tenu ce discours, [222c] un éclat de rire salua sa franchise, car il avait vraiment l'air d'être dans des dispositions amoureuses à l'égard de Socrate. SOCRATE Alors Socrate prit la parole : Alcibiade, dit-il, tu ne donnes pas l'impression d'avoir bu. Autrement, tu n'aurais pas déguisé aussi subtilement tes intentions pour essayer de cacher l'objet de tous tes discours : tu en parles à la façon d'une chose accessoire, en lui réservant une place tout à la

Download sample

Download