Le Grand Roman de Flemmar

Le Grand Roman de Flemmar

Fabien Ménar

Language: French

Pages: 83

ISBN: 2764415664

Format: PDF / Kindle (mobi) / ePub


Un professeur de littérature au niveau collégial voit sa vie chambardée lorsqu'il attrape au vol une tasse de café provenant d'une scène de ménage du voisinage. Il se sentira alors investi d'une mission : écrire un grand roman qui lui assurera gloire et postérité. Mais ne s'improvise pas écrivain qui veut et les chemins de la création seront parsemés d'embûches pour le moins surprenantes.

Premier roman de Fabien Ménar, Le Grand Roman de Flemmar se démarque par sa fraîcheur, son humour et sa fantaisie. Son style n'est pas sans rappeler Emmanuel Carrère, Jean-Paul Dubois ou Daniel Pennac.

Flemmar Lheureux, professeur médiocre et mari lamentable, est aux prises avec un problème majeur : il se consacre depuis un an à l’écriture d’un roman dont il n’a pas réussi à pondre une seule ligne! L'obsession de l'écriture est telle chez lui qu'aucune stratégie n’est négligée pour l'aider à réaliser son projet : lecture des grands écrivains, rituel préparatoire, visites chez l'oncle alcoolique et philosophe. Rien n'y fait. Quand ce n'est pas l'inspiration qui fait défaut, ce sont les éléments extérieurs qui finissent par disparaître mystérieusement, perturbant ses efforts. Même un collègue professeur lui dame le pion et publie un ouvrage encensé par la critique. Flemmar se serait-il trompé de destin?

Voici une écriture qui se moque allègrement d'une certaine culture littéraire et de son usage. Pourquoi tant lire si la vie n'en est pas changée?

Evening Snow Will Bring Such Peace

Confidences en trompe-l'œil

Les Bourgeois de Minerve

Comme un intrus

Si longtemps déjà

La Source opale

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

de mime et leva un regard devant lui. Le torse était un mur, haut comme une cage d’ascenseur. Et large avec ça, avec des bras qu’il devinait massifs derrière les manches kaki de son blouson militaire. Là-haut, au sommet de cette machine de guerre, le Ciel lui avait planté un crâne énorme et mal rasé. — Je tiens à vous féliciter pour vot’ cours. Super ! La session s’annonce rigolote. Et quelle présence ! Ça vous vient d’où, ce charisme ? Les veines glacées, Flemmar ne se permit aucune réplique.

noirs. — En passant par ici, nous pourrions les prendre par-derrière. À moins que… par la cave… ou en montant ici… cette tour… ou plutôt celle-ci… hum… voyons… où sommes-nous déjà ? La carte n’avait plus été qu’un vaste gribouillis dont il n’y avait plus rien à tirer. — Hum, la bataille sera rude, avait constaté Flemmar dont le cœur avait repris un cours normal. — Et on ne sera pas trop de nous deux. Dieu merci, nous sommes bien armés. — Ah, pour ça… Courbé sur la carte hachurée, le géant

tourmentait sa lèvre inférieure. — On peut savoir à qui on a affaire ? La tête fuligineuse du colosse avait roulé dans sa direction de grands yeux creusés de terreur. — Oh, ils sont si terribles ! s’était écrié Flemmar. — Et leur chef, t’as pas vu leur chef ! Un p’tit maigrichon qui a l’air de rien, comme ça, mais… Avec un œil de chasseur soudainement allumé par un gibier, il avait ajouté : — J’ai une surprise pour lui. Là-dessus, il avait fouillé dans son artillerie, et son corps avait

empressée pour célébrer la gloire de son jeune collègue, c’était plus que Flemmar n’en pouvait supporter. Il n’osa imaginer l’échec que lui infligerait son propre lancement : un triste calcul lui permit d’estimer qu’il ne remplirait pas même son salon. Il se fraya un lent passage dans cette foule hilare, un garçon en livrée lui tendit un plateau d’argent rempli de coupes de champagne qu’il repoussa, il progressa jusque dans le plus épais de cette mondanité, des bribes de conversation lui

convention de Genève et Amnesty international, rien ne fit fléchir les soupçons qui pesaient sur lui. Pas de doute, ce Flemmar avait la culpabilité étendue sur tout le visage, la mauvaise conscience lui en obstruait les pores, et le Nez, dans son infinie patience policière, attendait seulement qu’il déballât la vérité, toute la vérité et rien que la vérité. — Dites la vérité, monsieur Lheureux. Le leitmotiv, qui ponctuait à intervalle régulier l’agitation fiévreuse de Flemmar, le rappelait à

Download sample

Download