Le Pendu de Trempes

Le Pendu de Trempes

Andrée A. Michaud

Language: French

Pages: 132

ISBN: 2764403763

Format: PDF / Kindle (mobi) / ePub


Récipiendaire du Prix du gouverneur général du Canada pour Le Ravissement, son précédent roman, Andrée A. Michaud continue avec brio de sonder l’âme humaine. Avec une écriture aux images fortes, pénétrantes, l’auteure nous conduit dans les méandres d’une introspection singulière, celle d’un homme rongé par un terrible secret dont il est le seul émissaire.

À 40 ans et sans avenir, Charles Wilson retourne sur les lieux de son enfance dans la petite localité de Trempes. Ainsi s’amorce pour lui un formidable retour en arrière où les secrets les mieux enfouis refont surface. Exhumer le passé n’est pas chose facile. Les souvenirs pourraient se trouver altérés du simple fait que les acteurs d’autrefois ne soient pas au rendez-vous. Qu’est-il advenu de Paul Faber et d’Anna Dickson, les amis d’enfance? Et Joseph Lahaie, l’empailleur chez qui Charles trouve refuge, pourra-t-il percer le mystère vieux de 25 ans?

Là (petites détresses géographiques)

A Rhinestone Button

Fauna

The Bigger Light (The Toronto Trilogy, Book 3)

And No Birds Sang

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

échappait à mon désir trop insistant de résoudre une énigme qui n’en était peut-être pas une, car je faisais probablement une histoire de rien et tomberais sur les habits de Paul le jour où je ne m’y attendrais pas, exhumés par un animal affamé ou pendant des branches d’un arbre si exactement semblable au chêne de Paul que j’aurais cru n’y voir que son ombre. Et j’avais raison, j’avais tristement raison. Les vêtements de Paul étaient là, dans cette clairière, mais je ne les trouverais qu’au

vent furieux, veillerait ce soir-là au centre de la clairière, entouré du piétinement nerveux d’un coyote qui hésitait entre le mort et le vivant, ne sachant encore auquel des deux il adresserait la demande qui le tenaillait au point de considérer l’homme comme son unique salut. Lorsque je suis revenu de la clairière, le jour de la rependaison de Paul, Lahaie a immédiatement senti sur moi l’odeur de la mort, qui s’était incrustée dans mes vêtements au contact du corps visqueux de Paul. Je devais

guettant les phares des automobiles, qui semblaient toutes aller dans la même direction, à l’opposé de Trempes. Au matin, ma décision était prise, je ne suivrais pas les phares, je retournerais à Trempes, puisque c’était dans l’obscurité que ma vie s’était déroulée. Je refis donc le trajet à l’envers, sur la route déserte, et me rendis directement à la rivière. À la différence de la veille, tout y était calme, les corneilles étaient parties, le vent bruissait doucement et quelques oiseaux

visage, qui pointait dans la même direction que l’épi de sa chevelure rebelle, m’indiquait la direction à suivre: je n’avais qu’à étendre son corps près de celui d’Anna pour grimper à mon tour dans l’arbre, et tout serait fini. Je m’apprêtais à m’exécuter (dans les deux sens du terme, oui, dans tous les sens possibles), quand je vis ce qui m’empêcha de les suivre, Anna et lui. J’aperçus le sexe bandé de Paul, gigantesque, qui prenait soudain tout l’espace de la clairière, masquait les arbres, le

terre n’a gardé que des membres épars, enfermés dans la pierre lui servant de mémoire avec la mer. Un instant l’animal rêve à la mer, puis revient aux eaux douces, où il cherche en vain l’homme, entre les bouleaux et les prêles, les bosquets desséchés, mais il n’y a plus là, est-il forcé de constater, que l’ombre épuisée d’un corps disparu, et en cela l’animal comprend que tout est terminé, que l’homme anxieux revenu depuis peu dans les bois de Trempes a décidé cette nuit d’interrompre le temps.

Download sample

Download