Le Prix de la vérité (La Fille du Pasteur Cullen, Tome 3)

Le Prix de la vérité (La Fille du Pasteur Cullen, Tome 3)

Sonia Marmen

Language: French

Pages: 514

ISBN: 2:00348569

Format: PDF / Kindle (mobi) / ePub


Les deux premiers tomes de la série La Fille du Pasteur Cullen ont remporté un vif succès au Québec et en France. Des dizaines de milliers de lecteurs ont succombé à ses charmes: intrigues, amours, portrait d’époque richement documenté. Le plaisir se poursuit avec ce troisième tome, qui dépeint une société en pleine révolution industrielle, une époque où la liberté devient l’enjeu de toutes les luttes. Celles de l’émancipation des esclaves, du bouleversement des conventions d’un monde encore fortement attaché à ses traditions, et de la vérité sur le silence. Une histoire où seul l’amour vrai triomphe.

Édimbourg, Londres et la Jamaïque, 1831-1833

Charlotte Seton, fille aînée de Francis Seton, chirurgien réputé à Édimbourg, et de Dana Cullen, fille d'un pasteur presbytérien, vit depuis plusieurs mois à la plantation de la famille Elliot à Montpelier, en Jamaïque. Chargée de prendre soin de la petite Mabel, elle s'est rapidement rendu compte que le poids du passé pesait lourd sur cette famille. Son insatiable curiosité la pousse à tenter de découvrir les secrets qui semblent miner chacun d'eux, l'entraînant du coup dans de périlleuses mésaventures. C'est alors qu'éclate sur l'île une rébellion des esclaves. Dans le chaos, tous les propriétaires fuient leurs plantations, et Charlotte se retrouve seule avec le gérant du domaine, Nicholas Lauder. Au moment où elle ne l'espérait plus, elle se retrouve face à cet homme au passé obscur qui la fascine tant. Une nouvelle fois, sa vie sera bouleversée...

La Soliste (Docteure Irma, Tome 3)

This All Happened

Nights Below Station Street (Miramichi, Book 1)

La Mauvaise mère

Les Jours de l'éclipse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

lit, une étagère pour recevoir les effets personnels du malade et sa boîte d’ordonnance. Un pot de chambre en faïence dissimulé sous chacun d’eux. Toujours prêt à être vidé. Chaque jour, le même quotidien. Nettoyer les plaies, ramasser les vomissures, essuyer les souillures, changer les pansements, les chemises, les draps chargés de sanies. Respirer les miasmes, la transpiration, la putréfaction, la souffrance. Ouvrir et fermer les fenêtres, couvrir et découvrir les fiévreux, allumer et

s’était approchée de lui. Dans le clair de lune, la peau du visage de Charlotte était si blanche qu’elle en était lumineuse. Nicholas ressentait une incroyable envie de l’embrasser. Dans deux mois, elle serait en route pour l’Écosse, se rappela-t-il encore pour réfréner ses ardeurs. Il ne voulait pas garder d’elle un souvenir douloureux. Encore moins lui en laisser un amer de lui. — Sir Elliot m’a aussi interdit de vous revoir, avoua Charlotte. Mr Lauder, sachez que je trouve cette situation

— Vous êtes trop bonne, ma chère Catherine. Pourquoi est-ce que Dieu a voulu vous peiner de la sorte ? Je ne comprends pas. — Oh ! Il ne faut pas chercher de réponses à ce genre de questionnement. Vous savez, Charlotte, il arrive souvent que j’éprouve de la colère. Contre les hommes, contre Dieu, même. Que je me dise que tout ce que je fais est trop petit et ne vaut pas mes peines. Mais chaque fois je sens en moi quelque chose bouger et une voix me dit que petit ne signifie pas inutile. Sans les

langue et tâta le pouls. Il était trop dur et rapide : il fallait saigner. Tout se passait comme dans un rêve pour Charlotte. Elle regardait le sang noir gicler dans le bol. Voilà ! Le mal allait la quitter dans ce sang corrompu. Mais quand Nicholas appliqua une pression sur l’entaille, la douleur était restée aussi intense dans sa main. Le médecin lui fit avaler un liquide âcre, parfumé à la cannelle. Du laudanum. Elle voudrait aussi inhaler la fumée de chanvre pour apaiser ses bronches. Dans

la colonne vertébrale de Charlotte et déclencha l’alerte générale. Tandis qu’elle demeurait pétrifiée sur place, les hommes bousculaient les chaises, renversaient les verres pleins et laissaient tomber les serviettes dans les plats vides. De retour dans la salle à manger, Sir Robert avisa Charlotte restée seule devant le désordre sur la table. — Miss Seton, il serait préférable que vous montiez à votre chambre. Les rebelles attaquent Old Montpelier. Docilement, elle obéit. Sur son lit, son

Download sample

Download