Les Guérillères

Les Guérillères

Language: English

Pages: 144

ISBN: 0807063010

Format: PDF / Kindle (mobi) / ePub


One of the most widely read and frequently cited feminist novels of our time.

"A delectable epic of sex warfare . . . an extraordinary leap of the imagination into the politics of oppression and revolt."
—Mary McCarthy

Medieval Misogyny and the Invention of Western Romantic Love

Precarious Life: The Power of Mourning and Violence

Race, Monogamy, and Other Lies They Told You: Busting Myths about Human Nature

Ain't I a Woman: Black Women and Feminism

Ugly Feelings

The Means of Reproduction: Sex, Power, and the Future of the World

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

partir de ces symboles. Elles pleurent, couchées ou assises à l’écart. Le gel solidifie leurs larmes qui brillent sur leurs joues et étincellent. Elles pleurent, leurs sanglots courbent leurs corps, on les voit rouler dans la neige. Par endroits le vent pousse contre leurs figures des nuages blancs poudreux. Leurs cris leurs plaintes leurs lamentations ne s’élèvent pas hors du bas-fond. Elles peuvent aussi bien être muettes. Leurs mains raides ne se portent pas à leurs joues pour essuyer leurs

peut constater, en faisant une révolution sur soi-même par quelles formes géométriques le réseau des figures est déterminé. Si le système est rigoureux on peut combiner des itinéraires multiples. Les limites et les proportions des figures font allusion à un infini hypothétique de la même façon que les diverses séries des nombres. Les deux armées sont en présence. Les combattantes sont debout, immobiles, attendant l’ordre de s’ébranler. Elles tiennent dans leurs mains des cerfs-volants de la

brillant encore est le sort de la jeune fille. Le fer plongé dans la glace est froid, mais plus froid encore est le sort de la femme qui a contracté mariage. La jeune fille est dans la maison de sa mère comme la semence dans la terre féconde. La femme est sous le toit de son mari comme le chien dans les chaînes. Rarement l’esclave goûte la douceur de l’amour, la femme jamais. Elles font revenir à la vie ceux qui ont bâti leur célébrité sur leur ruine en exaltant leur esclavage soit dans leurs

complaisent dans leur état de servitude. Elles disent, tu es loin d’avoir la fierté des oiselles sauvages qui lorsqu’on les a emprisonnées refusent de couver leurs œufs. Elles disent, prends exemple sur les oiselles sauvages qui, si elles s’accouplent avec les mâles pour tromper leur ennui, refusent de se reproduire tant qu’elles ne sont pas en liberté. Elles disent, sans savoir ce qu’ils ont fait, ils ont construit en de nombreux endroits des stupas des dagbas des chortens. Elles disent, ils

C’est un œil enfermé dans ses paupières qui bouge qui brille qui s’humidifie. C’est une bouche avec ses lèvres sa langue son palais rose. Les féminaires, outre les cercles, les anneaux donnent pour symboles des vulves les triangles coupés d’une bissectrice les ovales les ellipses. Les triangles ont été figurés dans tous les alphabets par une ou par deux lettres. On peut styliser les ovales ou les ellipses sous forme de losanges, ou bien sous forme de croissants de lune, c’est-à-dire des ovales

Download sample

Download