Les Souliers de Mandela

Les Souliers de Mandela

Eza Paventi

Language: French

Pages: 186

ISBN: 2:00350414

Format: PDF / Kindle (mobi) / ePub


Quand marcher demande de mettre son coeur en bandoulière...

Lorsque Fleur Fontaine débarque en Afrique, c’est un être fané que le continent accueille. La jeune femme, qui a eu la chance de naître du bon côté de l’équateur, avance sur un fil de fer. Dans un pays en reconstruction, elle affronte ses propres territoires ravagés.

Inspirée par le père de la nation sud-africaine, Nelson Mandela, elle apprivoise ce que l’on a oublié de lui transmettre; comment se reconstruire, comment pardonner.

Mais pour marcher sur ce long chemin vers la liberté, les souliers de Mandela lui semblent de bien grosses pointures à chausser...

ÉnigmeS (Autoportrait V)

The Hungry Ghosts

Flesh and Blood: Selected Short Fiction

The Bishop's Man (The Cape Breton Trilogy, Book 2)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

jusqu’à l’évier, où il fait couler de l’eau. Il est ivre, elle le devine à son pas. Et au son de l’eau qu’il verse dans un verre pour avaler deux cachets d’ibuprofène, comme il le fait toujours. Il traverse le corridor en passant devant la porte de la chambre. Pourquoi ne vient-il pas la rejoindre ? Il marche jusqu’au salon. Elle ne l’entend plus. Elle l’imagine assis sur le canapé, perdu dans ses réflexions. Elle sent le souffle de l’angoisse dans son cou et se laisse envahir par cette horrible

loin dans l’appartement, un téléviseur diffuse en boucle une image dans un salon vide. Le moment où le second avion vient frapper la deuxième tour jumelle. Le moment où l’accident se transforme en trahison. . . . . . . . . Walton — Ça va ? Est-ce que tu peux m’entendre ? C’est d’abord sa voix que je perçois. Son visage m’apparaît ensuite, comme s’il s’agissait de la dernière image d’un rêve qui se superpose à la réalité. Dès que je le vois, je ressens une sorte de réconfort, un sentiment

camion, entre Dudu, qui gesticule dans tous les sens, et un technicien à la conduite téméraire qui tente de déchiffrer ses indications nébuleuses. Chaque fois que nous roulons sur un nid de poule, j’entends Bongiwe glousser à l’arrière du camion. Je l’aime bien, ma colocataire sud-africaine, qui vient de quitter son village natal pour habiter la métropole. Première de sa lignée à pouvoir étudier à l’université, elle s’est vu offrir par le coordonnateur de mon stage une chambre dans l’appartement

passager. Le vacarme strident des conversations mêlées aux rires des autres voyageurs. Et l’envie de vomir, chaque fois que le minibus attaque un virage serré. Ça me semble presque impossible à admettre, mais notre chauffeur50 surpasse les prouesses routières d’Ana avec sa conduite de brousse. — Tiens bon, jeune fille, il ne reste que cinq heures de route ! En plus, il m’a obligée à m’asseoir sur le siège avant de sa fourgonnette. Pendant que les autres somnolent à l’arrière, je dois endurer

Lui raconter les blessures, celles qui se forment lorsqu’on entend un homme nous répéter qu’il nous aime, plus que tout au monde, et le voir tout de même partir avec d’autres filles. Et parler, parler. Lui décrire la fissure, celle qui nous déchire lorsqu’on se sait manipulée et qu’on choisit de fermer les yeux par amour. Et parler, parler. Lui dire à quel point, l’hiver dernier, j’aurais voulu retrouver la force de lui faire confiance à nouveau, mais que j’étais déjà à genoux, qu’il le savait et

Download sample

Download