Mémoires d'un touriste (Version Inédite) (French Edition)

Mémoires d'un touriste (Version Inédite) (French Edition)

Language: French

Pages: 0

ISBN: B01J6POJI8

Format: PDF / Kindle (mobi) / ePub


À Paris, on est assailli d’idées toutes faites sur tout ; on dirait qu’on veut, bon gré mal gré, nous éviter la peine de penser, et ne nous laisser que le plaisir de bien dire. C’est par un malheur contraire qu’on est vexé en province. On passe à côté d’un site charmant, ou d’une ruine qui peint le moyen âge d’une manière frappante ; eh bien ! il ne se trouve personne pour vous avertir qu’il y a là quelque chose de curieux à voir. Le provincial, si son pays passe pour beau, vante tout également en des termes exagérés et vides d’idées, qui copient mal l’emphase de M. de Chateaubriand. Si, au contraire, des articles de journaux ne l’ont pas averti qu’à cent pas de sa maison de campagne se trouve un paysage enchanteur, il vous répond, quand vous demandez s’il y a dans les environs quelque chose à voir : « Ah ! monsieur, qu’il serait facile de se tailler cent mille livres de rente au milieu de ces bois de haute futaie ! »

Marc Marronnier:Mémoires d'un jeune homme dérangé, Tome 1

Suicide (French Literature Series)

Les Contemplations

Selected Poems of René Char

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

qui en font tout l’ornement, on m’a parlé de l’incomparable beauté des plaines arrosées par l’Indre et par le Cher que je venais de parcourir. Il est bien vrai que la fertilité augmente à mesure qu’on s’avance de Loches vers Cormery601, mais il n’y a rien de beau dans tout cela. Nous avons rencontré enfin quelques grands arbres, au point où la route descend le contrefort méridional du Cher, vis-à-vis Tours. Du Cher à la Loire, le pays n’est qu’un marais fertile où l’on trouve des blancs de

vert, un ancien préfet habitant la rue Richelieu, serait nommé édile par le suffrage de tous les propriétaires ou locataires payant plus de cent francs d’impôts et habitant cette rue. Il surveillerait les gardiens, et ne connaîtrait que des vols ou attentats aux personnes, jamais rien de politique. Nous devisions ainsi dans le salon du bateau à vapeur ; car, bientôt après Ancenis, le froid nous avait obligés d’y chercher un refuge. Le temps commençait à nous sembler long, lorsque nous avons

Cicéron qu’au XVIIe siècle, quand le feu primitif donné à la civilisation par l’infusion des barbares commençait à manquer ! Les quatre figures de Michel Colomb sont belles, et toutefois on observe chez elles, comme dans les madones de Raphaël, fort antérieures à l’invention du Guide, une individualité frappante. Un de mes amis d’hier, qui avait la bonté de me servir de cicérone28, me donne sa parole d’honneur, avec tout le feu d’un vrai Breton, que la statue de la Justice reproduit les traits

Théodoridès, Stendhal et la science, Lausanne, Éditions du Grand-Chêne, 1972. C’est en 1821 qu’il avait fait la connaissance du physiologiste et anthropologue William Frédéric Edwards (1777-1842). Il a mentionné au chapitre IX des Souvenirs d’égotisme le � savant, sage, tranquille, appliqué docteur Edwards » (Œuvres intimes, Bibl. de la Pléiade, t. II, p. 509) et s’est souvenu de sa théorie des races humaines au chapitre XXVI de la Vie de Henry Brulard en décrivant la figure � profondément

Pour juger sainement de la perfection d’une langue, il ne faut pas prendre les chefs-d’œuvre ; le génie fait illusion. À mes yeux, la perfection du français se trouve dans les traductions publiées vers 1670 par les solitaires de Port-Royal188. Eh bien ! c’est justement ce français-là que les négociants de Marseille et de Lyon comprennent le moins ; d’ailleurs ils craindraient de se déshonorer en approuvant quelque chose qui, à leurs yeux, a l’air si facile. On rencontre partout le rat de cave de

Download sample

Download