Phénoménologie de la religion et herméneutique théologique dans la pensée du jeune Heidegger: Commentaire analytique des Fondements philosophiques de ... (Phaenomenologica) (French Edition)

Phénoménologie de la religion et herméneutique théologique dans la pensée du jeune Heidegger: Commentaire analytique des Fondements philosophiques de ... (Phaenomenologica) (French Edition)

Sylvain Camilleri

Language: French

Pages: 647

ISBN: 1402067305

Format: PDF / Kindle (mobi) / ePub


Cette étude tente de reconstruire la première phénoménologie de la religion du jeune Heidegger par l’examen du recueil de notes éparses rédigées entre 1916 et 1919 et intitulé rétrospectivement Les fondements philosophiques de la mystique médiévale. Entre sa thèse d’habilitation et ses premiers cours d’après-guerre, Heidegger se consacre à l’écriture d’une Phénoménologie de la conscience religieuse qui, pour des raisons quelque peu mystérieuses, restera finalement inachevée. Si certains de ses éléments seront repris et assimilés dans les cours sur Paul et Augustin des années 1920 et 1921, de nombreux autres, concernant des auteurs tels que Maître Eckhart, Bernard de Clairvaux, Luther, Schleiermacher ou Adolf Reinach, ou des notions phénoménologiques, théologiques et religieuses, telles que la prédonation, la foi, la prière ou l’a priori religieux, trouvent dans ce texte une thématisation tout à fait spécifique, dictée par une situation biographique et philosophique singulière. C’est pour répondre à cette dimension hapaxique que ce livre tente un commentaire exhaustif des notes heideggeriennes. Et c’est à l’occasion de cette lecture suivie que sont apparues les grandes lignes de ce que l’on peut appeler une « herméneutique théologique » censée guider la phénoménologie sur le terrain religieux nouvellement investi et la familiariser avec des phénomènes qui résistent en certains endroits à son esprit méthodique. Malgré leur caractère introductif, les premières recherches de Heidegger témoignent d’une richesse, d’une profondeur et d’un respect de la vie religieuse inégalés à ce jour et il n’est pas exagéré de dire qu’elles devraient servir de prolégomènes à toute phénoménologie future de la religion. Ainsi, parallèlement au travail d’explication, le travail ici présenté esquisse en ce domaine quelques chemins possibles en prolongeant certaines descriptions heideggeriennes et en posant les bases d’un nouveau dialogue entre phénoménologie, théologie et sciences religieuses.

Free Will: A Very Short Introduction (Very Short Introductions)

Beyond Versus: The Struggle to Understand the Interaction of Nature and Nurture

Developmental Perspectives on Embodiment and Consciousness (Jean Piaget Symposia Series)

Adam Smith: A Moral Philosopher and His Political Economy (Great Thinkers in Economics)

Logics of Worlds (Being and Event, Volume 2)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

l’existence coram mundo. Le sens d’une existence coram Deo est révélé dans la croix du Christ et ne peut être accepté que par la foi (sola fide). Voilà pourquoi on ne peut interpréter correctement les Écritures qu’après avoir fait un choix existentiel pour ou contre le spiritus. Seul un interprète qui a opté au préalable pour un mode d’existence spirituel peut saisir la substance du texte biblique. Mais c’est en lisant les Écritures elles-mêmes que l’on peut opter pour ce mode d’être »116 . Outre

explication pour confronter le dire heideggerien à d’autres formes de pensée. Tout d’abord en nous déplaçant sur le premier cercle concentrique, celui des écrits heideggeriens contemporains de l’esquisse ou légèrement postérieurs. Cela nous a donné l’occasion d’entrevoir la dualité entre les deux projets phénoménologiques que nous pointions en introduction générale, mais aussi le fait qu’ils ne pouvaient exister l’un sans l’autre, du fait de leur apparition quasi-simultanée. Ensuite, nous avons

singulière qui couvre une période allant des présocratiques à Hegel en passant par Spinoza). Verdict heideggerien : elles sont toutes impropres à décrire la vie religieuse en général et la mystique en particulier. Et cela se comprend aisément : que l’on se place d’un point de vue métaphysique, matérialiste ou simplement épistémologique, il est strictement impossible de comprendre l’optique particulière de la mystique car le sens relationnel reliant le chercheur à son objet est brouillé par des

médiévale. Une fois reconnu le 11 GA 1, p. 410 ; trad. fr., p. 231. 134 chapitre ii domaine culturel de l’expression du vécu mystique, une fois sécurisée la possibilité de son développement, c’est-à-dire son développement en droit, il s’agit de remarquer son développement en fait. Le vécu mystique peut alors continuer son aventure dans l’expression, au sens que Claude Romano donne à ce terme d’aventure, i. e. une épreuve grâce à laquelle nous accédons au sentiment de la vie comme telle. On

détourner du monde de la vie et de la dispersion de son « fluer originel » [ûvliezen – urfliessen]. À partir de là, il est possible d’adopter deux attitudes : soit on considère que la percée rachète le « fluer originel » qui équivaudrait alors à la chute ; soit on considère, comme semble le faire Heidegger, que la percée opérée par l’homme intérieur égale et rejoint le « fluer originel » qui n’est alors rien d’autre que la dispersion [Zerstreuung] originaire qui anime la vie du soi. Rappelonsnous

Download sample

Download