Prague sans toi

Prague sans toi

Jean Lemieux

Language: French

Pages: 78

ISBN: 2:00348508

Format: PDF / Kindle (mobi) / ePub


Un mercredi de printemps, à Prague, Patrick Robillard, étudiant en littérature, assiste à un concert de musique de chambre. À la clarinette, Eva, dont il devient sans remède, totalement, amoureux.

Pour la conquérir, il se coiffera d’un tricorne écarlate, découvrira Mozart, fera mine de se défenestrer, prolongera son séjour à l’étranger et s’improvisera écrivain.

Onze ans, deux enfants et un roman plus tard, Eva et lui ne ressemblent plus à l’indestructible bête bicéphale et quadrupède qu’ils étaient devenus en arpentant les rues de Prague... Peut-on traverser les décennies sans rencontrer de brume? Leur mariage est-il en meilleur état que leur lave-vaisselle ?

Patrick remonte le fil de leur histoire pour trouver l’origine de la faille qui les sépare. Est-ce la faute du deuxième trompette qui courtise Eva ? De Mozart, la Musique incarnée? A-t-il lui-même changé, perdu quelque chose?

Patrick est déterminé à élucider la question et à reconquérir sa belle. Il remet son tricorne : c’est la guerre.

The Polished Hoe

Le salut de l'arrière-pays: Figures légendaires, récits imaginaires et humour crucifère du Nord de l'Ontario

Anne's House of Dreams (Anne of Green Gables, Book 5)

La Fille du Pasteur Cullen (La Fille du Pasteur Cullen, Tome 1)

Je t'aime, je t'écris

Le Petit Pont de la Louve

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

de gendre. Eva vint s’asseoir, tout naturellement, sur mes genoux. Ses parents ne bronchèrent pas. Chez les Panenka, je n’avais pas besoin d’être Wolfie. Je n’avais qu’à être l’heureux dépositaire de l’amour d’Eva. Nous retournâmes à Prague vers minuit, dans la vieille Skoda de Jaromir. Du doigt, Eva me désigna un long bâtiment rébarbatif, flanqué d’une cour asphaltée. My school. Je connaissais son histoire d’après la photo qu’elle traînait dans son portefeuille : une fillette de neuf ans, yeux

de façade qui ne recouvrait pas son anxiété. Aussi se présentait-elle, au monde et à moi rue Rumunska, comme une charmante énigme, dont le défaut au final était peut-être, comme chez Kafka, l’opacité. Eva était un lac profond, enchâssé entre de hautes forêts. J’en voyais la surface, plus ou moins ridée selon les vents, mais non le fond. Cette opacité me troublait, renforçait son pouvoir d’attraction. Au fil des semaines, notre cohabitation révélait, tels des rochers à fleur d’eau, nos

of the year. — You decide ! — First, you have to tell me what we’re going to do. �Cette demande relevait le niveau de difficulté de la figure imposée. Toujours en fixant le fleuve, Eva répondit : — Nous allons marcher jusqu’à la rue Havelska. — Oui. — Jusqu’à cette… shop que tu as remarquée hier. — Boutique. D’accord. Le bijoutier, un gros homme qui souffrait d’un eczéma, accueillit notre demande avec une froideur polie. Nous n’étions pas les premiers étourdis à se pointer à son guichet.

fleurs prennent, sous la lune, des tons de rose. Je lève la tête et examine la poutre de bois de grange que j’ai hissée, soutenue, sablée, vernie lors des travaux de rénovation. J’ai commandé les armoires, mais l’îlot et les comptoirs sont de ma fabrication. Les enfants jouaient, circulaient en tricycles, faisaient leurs premiers devoirs. J’étais Papatrick, cet homo faber en salopette, crayon sur l’oreille, qui avait troqué son clavier d’ordinateur pour un tour à bois. Je possédais au sous-sol un

Bach ou même Brahms. J’avais vu l’Amadeus de Forman, je connaissais l’essentiel de la légende du prodige déchu, mais j’étais peu perméable à sa musique. À part les incontournables, j’y percevais des formules, des effets, de la facilité, quelque chose de peu sérieux, de charmant, de galant, qui n’allait pas à la cheville des cathédrales contrapuntiques du vieux Johann Sebastian. Sur le pont Jirasek et dans ma chambre, je me surpris à siffloter des extraits du trio, le thème du troisième mouvement

Download sample

Download