Vie de Rosa

Vie de Rosa

François Barcelo

Language: French

Pages: 330

ISBN: 2891116569

Format: PDF / Kindle (mobi) / ePub


«Si, dans cent ans, on lit encore un de mes livres, j’aimerais que ce soit Vie de Rosa. Les personnages sont fictifs, les événements sont imaginaires et les lieux sont inventés. Mais ils vous seront bizarrement familiers, parce que le vingtième siècle en Amérique est présent à toutes les pages, avec ses beautés et ses horreurs: l’antisémitisme, la guerre, la situation des femmes, la religion, le racisme, le chômage, la misère, la folie, la cupidité. Bref, la vie. Pas seulement celle de Rosa: la vôtre aussi, peut-être.»

«Il y a une ambition commune aux romans de Barcelo: réinventer le monde.»
Claude Grégoire, Québec français

«Mais si on ne voulait retenir de l’œuvre dans son ensemble que ce qu’elle nous donne d’humour, avec une générosité qui lui est exclusive, il faudrait quand même reconnaître qu’elle est vraiment littéraire par la qualité du style, par la finesse des dialogues, par l’efficacité discrète de la narration.»
Réginald Martel, La Presse

Laurie ou la vie de galerie

Néologirouettes

La Romance des ogres

The Friends of Meager Fortune

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

signaler une baleine qui a plongé trop vite pour qu’elle monte la voir. Dans le fond, ce qu’elle devrait faire, c’est coucher avec lui. Pas seulement parce qu’elle en a envie — un peu, en tout cas, car son corps lui rappelle celui de Romin, tout de muscles qu’on n’aperçoit que lorsqu’il y a un effort à faire. Surtout, elle aimerait être capable de s’attacher à cet homme. Ainsi, en arrivant à Saints-Anges-des-Monts, si Romin a refait sa vie avec une autre femme, elle pourra lui montrer que c’est

religion du tout. Rosa entre chez Éloïse Bouteille, suivie du lieutenant. Elle n’est pas intimidée, car elle est déjà venue faire le ménage ici du temps que Philippe Bouteille vivait. Mais celui-ci s’était mis à tourner autour d’elle quand elle lavait le plancher. Et sa femme avait dit à Rosa de ne pas revenir, en prétextant qu’elle faisait les coins ronds. Dès qu’elle s’avance dans le vestibule, Rosa ne reconnaît plus rien. Dans la salle à manger, la grande table qu’elle a déjà frottée à s’en

cinéma de l’armée dans un film étranger et qui l’a fort impressionné pour des raisons obscures, mais il y a toujours des gestes qui nous frappent sans raison et que nous avons envie d’imiter parce qu’il nous semble qu’ils nous conviennent. Rosa s’assied comme si elle avait passé sa vie à dîner dans les restaurants. Daniel Bronszberg est amusé par son aplomb. Il prend place en face d’elle. Éloïse Bouteille, transformée en maîtresse d’hôtel, s’approche avec un menu taillé dans un sous-main et que

théâtre, Rosa l’a laissée dans le salon. Aussitôt qu’elle l’entend de l’étage où elle lave les vitres, elle descend. Anna dort encore. Rosa prend sa fille dans ses bras. Puis elle s’approche d’Anna. Elle a, pour la première fois, envie de lui prendre la main. Pour rien. Ni pour la réveiller, ni pour la laver, ni pour l’aider à marcher jusqu’à la salle de bains. Lui prendre la main juste pour lui montrer qu’il y a quelqu’un avec elle. Peut-être même va-t-elle la baiser comme elle a baisé celle de

c’est la première fois que nous avons à récupérer des victimes dans un cas pareil. C’est néanmoins par là que j’aimerais commencer. Le lieutenant Bronszberg commence à plaire à son interlocuteur. Il ne semble pas plus respectueux qu’il ne faut de ses supérieurs. Et l’utilisation du mot �néanmoins» par un militaire pratiquement étranger est particulièrement sympathique. Peut-être le curé aura-t-il enfin l’occasion d’avoir des conversations d’un niveau plus élevé que celles qu’il a avec ses

Download sample

Download